Tachycardie : Symptômes, causes et traitements

Par nadia, 28 mars 2010 23:30

La fréquence cardiaque normale est comprise entre 60 et 100 battements par minute chez l’adulte. Les tachycardies sont des accélérations du rythme cardiaque à une fréquence supérieure à 100/mn. Elles peuvent être physiologiques ou pathologiques. Leur gravité dépend de leur origine et de l’état du muscle cardiaque sous-jacent.

Facteurs de risque
Les différentes tachycardies sont définies par leur point d’origine : sinusal (point d’origine normal de l’excitabilité du coeur), auriculaire, jonctionnel ou ventriculaire.
Les tachycardies sinusales les plus fréquentes et sans aucune gravité sont celles de l’effort et des émotions. Elles sont aussi fréquentes et normales chez le jeune enfant. Elles accompagnent certaines maladies non cardiaques (infections fébriles, hyperthyroïdie, anémie, hémorragies…) ou cardiaques (insuffisance cardiaque).

Les tachycardies auriculaires sont surtout favorisées par l’insuffisance respiratoire chronique et l’hyperthyroïdie. Elles peuvent être le témoin d’une intoxication par la digitaline ou d’une maladie cardiaque (valvulopathies mitrales notamment).

Les tachycardies jonctionnelles les plus fréquentes sont appelées maladie de Bouveret. Elles surviennent le plus souvent sur un coeur sain.

Les tachycardies ventriculaires sont les plus graves car elles sont souvent secondaires à un infarctus du myocarde récent ou ancien. Elles sont presque toujours liées à une anomalie du muscle cardiaque (cardiomyopathie, hypertension artérielle , valvulopathies…). Mais, dans quelques cas, elles surviennent sur un coeur sain avec un pronostic alors favorable.

Manifestations
Toutes les tachycardies se manifestent habituellement par des palpitations : sensation de battements cardiaques rapides et souvent “forts”. Parfois on note un essoufflement, des douleurs thoraciques, un malaise (voire une perte de connaissance), des maux de tête. Une grande fatigue accompagne et suit la crise. Les crises de tachycardie peuvent être à début brutal ou non, de durée variable, quelques secondes à quelques heures, à fin progressive ou brutale.
Elles surviennent à tout âge. Elles sont le plus souvent imprévisibles. Leur diagnostic précis, qui conditionne le traitement, repose sur l’électrocardiogramme au moment de la crise et en dehors de celle-ci, l’enregistrement de 24 heures par la méthode de Holter. Parfois des explorations électriques intracardiaques sont indispensables. Il faut également faire pratiquer des examens pour rechercher une cause curable (analyses biologiques, échocardiographie, radiologie…).

Traitement et évolution
Bien des crises de tachycardie ne méritent aucun traitement car elles sont normales (à la suite d’un effort ou d’une émotion) si elles durent peu de temps et cessent spontanément à l’arrêt de l’effort ou lorsque le calme est revenu.
Le nombre et la répétition des crises de tachycardie est impossible à prédire. Si elles sont très nombreuses, très rapprochées ou si la fréquence cardiaque est très rapide, elles peuvent entraîner une altération de la fonction cardiaque qui nécessite une hospitalisation.
Le traitement des tachycardies est d’abord le traitement de la crise : arrêt du facteur déclenchant s’il en existe un, repos (voire hospitalisation en cas de signe de gravité apprécié par un médecin, de préférence cardiologue), reconnaissance du type de tachycardie par électrocardiogramme. Selon le type, on proposera un traitement médicamenteux (par la bouche ou en perfusion), un choc électrique externe (sous anesthésie). Dans les cas les plus graves ou dans certaines circonstances particulières, un choc électrique est délivré par l’intermédiaire d’une électrode introduite dans les cavités cardiaques.

Prévention
Le traitement comprend ensuite la prévention des récidives, le plus souvent par un traitement médicamenteux (anti-arythmique et parfois anticoagulant ou aspirine) et par le traitement de la cause s’il est possible. Une surveillance cardiologique est toujours nécessaire ultérieurement.

Y a-t-il un régime particulier pour éviter les crises de tachycardie ?
Non, aucun régime ne peut les prévenir. Toutefois, il est préférable d’éviter les excitants : café, thé, tabac, alcool et boissons gazeuses.

Après mes crises de tachycardie, je ressens comme un “vide” dans la poitrine. Est-ce normal ?
À l’arrêt de certaines crises rapides, le coeur peut faire une petite pause dite compensatrice post-tachycardique, avant de reprendre son rythme normal. Cette pause est normale et non inquiétante si elle est brève : elle n’est alors presque pas ressentie. Si la pause est longue, avec sensation de malaise, voire de perte de connaissance, elle est anormale et nécessite une exploration cardiologique pour en apprécier la gravité éventuelle et pour pouvoir la traiter correctement.

One Response to “Tachycardie : Symptômes, causes et traitements”

  1. KELLY dit :


    CHEAP GENERIC PHARMACY: Order@Eye.Care.Generic.Drugs.Online” rel=”nofollow”>.

    Buy Generic Pills Today!…

Leave a Reply